La verbalisation par vidéosurveillance, c’est maintenant !

Le mercredi 4 mai dernier, le Garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, a fait adopter un amendement permettant à la vidéosurveillance de verbaliser les personnes en infraction routière. Le champs d’action s’agrandit et s’automatise presque à 100%.

verbalisation

Pas de radars mais de simples petites caméras reliées en réseau pour repérer quelques infractions « basiques » donnant alors lieu à une verbalisation par voie électronique.
Initialement déployées pour les contraventions liées au stationnement, aux circulations dans les voies de bus et aux feux rouges non respectés, l’utilisation de ces dispositifs prend une nouvelle ampleur, permettant de limiter le personnel sur place, afin de l’utiliser sur des besoins plus importants.

Pour le moment, seules les grandes villes disposant déjà de systèmes de vidéosurveillance sont équipées. Et seules les infractions routières faisant partie de la liste fixée par le décret du Conseil d’Etat peuvent être sanctionnées. Cela peut aller jusqu’à l’utilisation du téléphone au volant, l’absence du port de la ceinture de sécurité ou du casque pour les deux roues, les dépassements de ligne blanche ou non autorisés etc.

« Le « robot » prendra la place de l’Homme » disait-on il y a encore une dizaine d’années. Et cela n’épargne aucun corps de métier. Les forces de l’ordre pourront alors être amenés à patrouiller différemment voire, à être utilisés sur des missions où la machine ne peut encore pas remplacer l’Homme.

Retour au blog

Retrouvez-nous

  • facebook
  • twitter
  • youtube

Newsletter

Rubriques

Articles ♥