Si bon nombre de villes françaises sautent le pas et optent pour des systèmes de surveillance par caméras, certaines font encore de la résistance. C’est le cas d’Hérouvillette dans le Calvados.

vidéosurveillance

Cette petite commune d’un millier d’habitants fait parler d’elle ces derniers temps. En effet, alors que son Maire Mr Adam est en pleine réflexion quant à l’installation de caméras de surveillance dans ses rues, les villageois s’offusquent.

Depuis février dernier, la petite ville proche de Caen a été victime de nombreux cambriolages sur la place du village. Des cambriolages massivement recentrés sur des infrastructures de la ville : des végétaux comme des arbustes et arbres, des lumières du lavoir, ainsi que sur des éléments de décoration : galets du lavoir. Un agriculteur s’est également vu voler une bonne partie de sa réserve de fioul.
Suite à ces nombreux incidents, les élus ont pris l’initiative de demander des devis à des entreprises spécialisés en vidéosurveillance, afin d’éventuellement surveiller les rues de la ville. La préfecture semble pouvoir attribuer une subvention de 40% du montant total pour qu’Héouvillette puisse s’équiper. Le but de cet investissement serait alors d’enrayer les vols successifs depuis février.

Néanmoins, les élus de l’opposition ainsi qu’un certain nombre d’habitants ne l’entendent pas de la même manière. En effet, tout comme dans l’Eure en avril 2015, ils ont décidé de mettre en ligne une pétition affirmant qu’un tel système mettrait fin aux libertés individuelles. D’après eux, la commune est plutôt tranquille et ne nécessite clairement pas un tel investissement. « Les rares incivilités recensées nécessitent-elles ce tel déploiement au mépris de nos libertés individuelles ? Souhaitez-vous être filmé en permanence dans notre commune, dans nos rues, dans vos jardins, dans les cours d’école ? Car c’est aussi de la liberté de chacun qu’il s’agit et de l’utilisation potentielle de ces films. On vous dira que non, pas de problème : méfiance… » mentionne la pétition. Mais ils s’interrogent également sur l’aspect financier très lourd (malgré l’aide de la préfecture) qui pourrait mettre à mal certaines autres actions plus importantes (projets pédagogiques, sportifs…).

Pour le moment, aucune décision n’a été prise. Le Maire assure être encore à l’état de réflexion et propose un référendum sur le sujet. Il précise « Si l’on fait cela, c’est pour eux. Le but n’est pas d’aller contre leur avis ».

Retour au blog

Retrouvez-nous

  • facebook
  • twitter
  • youtube

Newsletter

Rubriques

Articles ♥