Les macabres attaques terroristes de ces dernières années, poussent les différents pays à opter pour une sécurité maximum. Prévention certes mais également réaction en temps réel sont désormais les vertus nécessaires pour assurer la sécurité dans les espaces publics et les rues, un travail digne d’un surhomme. Et à ce sujet, il semblerait que les robots droïde soient les mieux adaptés à ce type de travail.

le DéGIV, petite prouesse droïde

Source Ifsttar

Des droïde dans les rues ?

Si vous vous attendiez à un robot humanoïde, rassurez-vous, il n’en est rien. Il serait bien trop facile à détecter et trop imposant. Le système androïde concerné n’est autre qu’un petit boitier aux allures de vidéosurveillance mais bien plus intelligent. Fruit de 10 années de travail d’un petit groupe de chercheurs lillois à l’IFSTTAR (Institut de recherche dans les transports), le DéGIV (Détection et gestion d’incidents dans un véhicule ferroviaire) est doté d’une intelligence artificielle, lui permettant d’analyser les comportements et les situations inhabituelles à travers les images et sons qu’il enregistre et ce, sans aucune intervention humaine. Jusqu’à présent, l’oeil de l’Homme était nécessaire pour identifier des suspects, avec le DéGIV, ce dernier n’aura qu’à confirmer les suggestions de la machine et agir en conséquences.

Peut-on réellement mettre la sécurité des gens entre les mains d’un droïde ?

Pensé et conçu en premier lieu pour être embarqué dans les trains (comme l’indique son nom), il peut tout à fait s’adapter et être présent dans les lieux publics comme une gare, le métro, les aéroports etc…
Déjà expérimenté en juin 2015 pendant une journée sur la ligne 14 du métro parisien, le DéGIV a permis de suivre plusieurs personnes au comportement suspect. La prochaine étape est de lui attribuer de nouvelles fonctions comme la reconnaissance, l’identification et la ré-identification d’un individu. Il sera alors en mesure, grâce à plusieurs données (comme les vêtements et leurs couleurs, la taille, la corpulence…) de vérifier par exemple si l’individu entre avec un sac et ressort sans. Cette fonctionnalité déjà testée, a permis d’interpeller une personne ayant pourtant pris le soin de changer de vêtements mais en ayant gardé les mêmes chaussures.

Pour le moment, le DéGIV est en phase de pré-industrialisation. Le projet a été présenté aux pouvoirs publics en janvier dernier et reste dans l’attente d’une réponse. Ce petit boitier a de grandes ambitions et assure vouloir et pouvoir se lancer à la traque des terroristes.