France : de plus en plus de villes sous vidéosurveillance

La vague déferlante de vidéosurveillance a saisi la France depuis déjà près de 5 ans. Les grandes villes ont été les premières à s’équiper mais force est de constater que les petits villages ne sont pas en reste. Dans l’Aine par exemple, 52 communes se sont équipées, comptabilisant ainsi 453 caméras de surveillance. Pourquoi une telle recrudescence ?

Lutter contre les incivilités et l’insécurité

Les divers attaques dont la France a été la proie ces dernières années, ont fait monter un sentiment d’insécurité. Afin de pallier à cette excès de violence et surtout pour la prévenir, de nombreux Maires ont décidé d’investir en consacrant un budget à la vidéosurveillance. D’après les sources du Ministère de l’Intérieur en 2013, les petites communes (sous couvert de la gendarmerie) sont de plus en plus nombreuses à installer des caméras de surveillance que les grandes villes (sous couvert de la police). A noter qu’il arrive parfois que l’Etat fournisse des subventions afin d’alléger la facture des communes et ainsi, les encourager à s’équiper. Les forces de l’ordre affirment que l’installation des dispositifs de surveillance a permis de réduire les incivilités mais ont surtout permis de faire aboutir certaines enquêtes comme les vols à l’arrachée, les agressions ou encore divers cambriolages.

La carte des villes sous vidéosurveillance en 2013

Cette carte est parue au Journal Officiel en 2013, afin de mettre en lumière les communes équipées d’un système de vidéosurveillance. Les points bleus représentent les villes gérées par la Police et les verts celles gérées par la gendarmerie.

villes françaises sous vidéosurveillance

Et après ?

1944 villes françaises étaient équipées de vidéosurveillance en 2013, la tendance ne cesse d’augmenter. « Une caméra, c’est un policier qui patrouille avec ses yeux », indique Dominick Lemullois, directeur de la police municipale de Meaux, l’une des premières communes à s’être équipée et qui compte aujourd’hui 200 caméras pour 55.000 habitants.
Mais la durée de vie des dispositifs s’étale entre 5 et 8 ans. Les caméras n’étant pas éternelles, il faut également penser à les renouveler soit pour éviter l’obsolescence, soit pour remplacer les caméras défectueuses. Si l’Etat français abaisse les budgets des mairies, il donne malgré tout un coup de pouce pour celles souhaitant s’équiper ou renouveler leur parc de caméras.

De plus en plus d’entreprises de vidéosurveillance voient le jour dans l’hexagone. La crise financière et la baisse des budgets des collectivités ne freinent pas l’engouement. Les forces de l’ordre ont désormais un troisième œil et parlent déjà de s’en servir pour les procès verbaux de mauvais stationnement par exemple.