En France, les caméras de surveillance pullulent dans les villes. Pratiques pour détecter des comportements anormaux, elles sont particulièrement prisées pour la sécurité des habitants. Les forces de l’ordre y trouvent un excellent et imparable allié, à tel point qu’ils envisagent même de se servir de ce troisième œil pour la verbalisation des automobilistes irrespectueux du code de la route.

Verbalisation par vidéosurveillance

La verbalisation 2.0 déjà opérationnelle

Quatre villes en France ont déjà mis en place le procédé : Nice, Cagnes-sur-Mer, Draguignan et Valenciennes et de nombreuses autres sont en étude sur la question. Les caméras de surveillance dans la ville enlèvent une belle épine du pied aux forces de l’ordre. Non seulement elles leur permettent d’élucider des affaires plus rapidement, mais maintenant, elles sont aussi opérationnelles pour verbaliser les automobilistes. Sans faille, fonctionnant 24h/24 et ce, 7j/7, ces petites caméras de surveillance sont un atout imparable pour faire respecter l’ordre dans les villes.

Comment cela fonctionne t’il ?

Contrairement aux fameux radars automatiques qui flashent, les vidéos de surveillance filment en continu des endroits bien précis. Les images ne sont conservées qu’un mois, comme la loi l’y oblige. Les forces de l’ordre n’ont qu’à visionner les enregistrements pour verbaliser les personnes enfreignant le code de la route. Cela concerne essentiellement les stationnements (trop longs sur les arrêts minute, en double file, sur pistes cyclables, trottoirs ou contre-allées, passages piétons…) mais également les infractions plus importantes (griller un feu rouge ou un stop, circuler en sens interdit ou sur les voies des bus par exemple).
La police ou la gendarmerie sera en charge de valider l’infraction détectée puis de faire parvenir le P-V à l’adresse postale du titulaire de la carte grise du véhicule coupable, accompagné de deux clichés datés et mentionnant l’horaire: l’un au plan large pour montrer l’infraction et l’autre recentré sur la plaque d’immatriculation du véhicule.

Quels avantages et pour qui ?

De nombreux avantages sont à prendre en compte concernant la verbalisation par vidéosurveillance et ce pour les forces de l’ordre comme pour les piétons et habitants. Tout d’abord, les forces de l’ordre y voient un gain de temps. Les caméras filment en continu et permettent alors de réduire les rondes tout en élargissant le champs d’action, cela permet également d’amoindrir les coûts liés aux contraventions classiques. Ensuite, grâce à ces caméras l’Etat enregistre une rentrée d’argent supplémentaire, avec plus de contraventions établies. Enfin, le but serait également de pouvoir circuler plus sereinement dans les rues, profiter des espaces publics sans risque (comme les places) et fluidifier le trafic dans les communes.

Si les automobilistes grincent déjà des dents, les dirigeants des communes et les forces de l’ordres n’y voient que des avantages. Plus de sécurité, plus de respect des lois et des codes pour profiter sereinement des rues de sa ville, tel serait le crédo de la mise en place de ce nouveau système de verbalisation.