Vidéosurveillance : la SNCF teste des caméras intelligentes

L’intelligence artificielle est en plein test actuellement dans deux gares franciliennes. Le but : via des caméras de vidéosurveillance, permettre de détecter les mouvements anormaux susceptibles de donner lieu à des agressions.

vidéosurveillance sncf

Comment ça marche ?

Jusqu’en septembre prochain deux systèmes de vidéosurveillance intelligents sont placés sur la gare du RER Saint-Denis et Bibliothèque François Mitterrand. Si l’utilisation de ces dispositifs est concluante, ils pourraient être déployés dans l’hexagone.
Smart Me Up, spécialisée dans la reconnaissance faciale est l’instigatrice de ces algorithmes intelligents. Leur petite prouesse serait visiblement adaptable au parc global de caméras de surveillance, soit 40 000 caméras.
De ce fait, le logiciel remplacera l’œil humain afin de lancer des alertes sur des comportements anormaux. Ainsi, les agents de la SNCF auront une vue d’ensemble sur la cartographie de leurs espaces à surveiller et pourront réagir en fonction des alertes.

Double utilité

En plus de l’aspect sécuritaire qui simplifiera les actions des agents de la SNCF, ce dispositif pourrait également permettre de déclencher l’envoi de personnel supplémentaire en cas d’augmentation subite du flux de voyageurs. En effet, cela permettrait aux utilisateurs d’être mieux orientés, de transformer des trains directs en omnibus afin de désengorger les gares surbookées.
Le système se déclenchera également lorsque  des situations anormales se présentent, c’est à dire lorsque des personnes se situent sur les voies par exemple.

Encore plus fort

Le logiciel mis en place par Smart Me Up permettra également de détecter les actes de violence. Si le système est en cours de paramétrage sur les deux gares RER St Denis et Bibliothèque François Mitterand, la société, ainsi que la SNCF attendent beaucoup de cette option. Mais pour le moment, l’algorithme ne semble pas très fiable. En effet, des faits de violence ont été remontés par l’outil alors qu’ils n’en étaient pas vraiment.

La SNCF pourrait être le « cobaye » de plusieurs futures entreprises. En effet, l’intelligence artificielle qu’elle expérimente pourrait également servir à détecter les fumeurs hors zones dédiées, les fraudeurs etc. Il semblerait le l’algorithme sache distinguer les hommes des femmes et puisse également déterminer le taux de satisfaction des utilisateurs. De quoi en faire un outil markéting très intéressant.

Retour au blog

Retrouvez-nous

  • facebook
  • twitter
  • youtube

Newsletter

Rubriques

Articles ♥